Jardinage

8 plantes de terre de bruyère à floraison spectaculaire


Chaque type de sol et de climat accueille une palette végétale différente. Les plantes terre de bruyères sont connues pour être cultivées au sein d’un substrat acide.

Découvrez 8 plantes terre de bruyère qui se distinguent par leur floraison remarquable.

Qu’est-ce que la terre de bruyère ?

On trouve la terre de bruyère naturelle au sein des Landes où le substrat est léger, sablonneux, riche et acide.

Des pins et des bruyères y poussent, d’où le nom de ce substrat. Dans le commerce, on reconstitue cette terre forestière en mélangeant des écorces de pin broyées, du sable, de la tourbe, du compost, de la terre siliceuse et de la corne broyée.

Où planter les essences terre de bruyère ?

Si votre sol est naturellement léger et acide alors vous pouvez planter ces espèces en pleine terre. En massif, en isolé, en haie… Ces plantes généreuses en fleurs et souvent persistantes sont un vrai atout pour votre jardin.

Si votre sol est neutre, il vous suffit alors d’ajouter de la terre de bruyère du commerce lors de la plantation. En terrain calcaire, il faudra miser sur des pots !

Dans tous les cas, la plupart de ces plantes se plaisent à une exposition mi-ombre, voire à l’ombre.

Rhododendron, azalées, camélia : le trio gagnant

Ces trois-là vous disent quelque chose ? Et pour cause, ces arbustes sont souvent cités en tête de liste des plantes terre de bruyère. Ce n’est pas pour rien qu’on les associe facilement, leurs coloris se marient à merveille !

Les trois disposent de variétés aux feuilles persistantes, souvent vert foncé, lustrées et ovales. Côté fleurs, c’est un véritable festival dévoilé au fil des saisons.

Vous n’avez que l’embarras du choix pour la couleur des fleurs qui recouvrent ces arbustes décoratifs. On citera les magnifiques fleurs mauves du Rhododendron impeditum, le rose intense de l’azalée ‘Silver Queen’ et la floraison blanche élégante du Camellia japonica ‘Nobilissima’. Cette variété, à l’instar du Camellia ‘Fairy Wand’, illumine le jardin en hiver.

Des arbres terre de bruyère

C’est la star du printemps, l’un des premiers à fleurir. Le magnolia bien sûr ! L’espèce à la floraison la plus précoce est le Magnolia stellata. Elle porte bien son nom avec ses fleurs blanches en étoile.

Elle est suivie de près par le Magnolia soulangeana qui nous ravit de ces fleurs blanches teintées de rose. Atteignant 6m de haut, il se glisse aussi dans les petits jardins !

Au rayon des arbres, penchons-nous sur le cornouiller du Japon. Cette espèce se plaît dans un sol acide et dispose de fleurs tout à fait originales. À vrai dire, ce sont les bractées (= feuilles accompagnant la fleur) que l’on prend pour les pétales. Au nombre de quatre parfaitement réparties autour du cœur (= la vraie fleur), elles imitent une floraison très graphique. Et des bractées décoratives, les plantes terre de bruyère n’en manquent pas ! Il suffit de regarder l’arbre au mouchoir de plus près. Portant bien son nom, cet arbre acidophile offre une pluie de bractées blanches ressemblant à des mouchoirs suspendus, une vraie merveille !

Hortensia du bleu au rose

De juin à septembre, l’hortensia offre ses fleurs en boule, coniques ou étalées. Révélateur de la nature du sol, sa floraison prend une teinte bleue au contact d’un substrat acide. Si elle vire au rose, c’est que le terrain est calcaire !

Facile à vivre, l’hortensia remplit rapidement un fond de massif ou une haie. Il sublime les abords d’une maison ancienne et se marie tout aussi bien avec du moderne.

Rustique, cet arbuste demande une exposition partiellement ombragée et un sol restant frais. Au moment de la plantation, pensez à faire tremper la motte dans une bassine d’eau. Chaque année au printemps, un apport d’engrais organique est le bienvenu.


Video: Les plantes acidophiles (Juin 2021).